Médecine

Les pouvoirs du corps humain #3 – Le fascia

Notre corps et toutes ses capacités me fascine. Je vous avez d’ailleurs fait deux articles à propos de l’homéostasie et du toucher. Et aujourd’hui je voudrais vous parler du trop peu connu Fascia.

Lors de mon dernier article je vous parlais de ma vision de l’ostéopathie et également de ma manière de pratiquer. Certains patients peuvent être surpris au début. Parce qu’avec moi on est loin de l’image de l’ostéopathe qui fait bouger dans tous les sens et qui fait craquer à tout va. La personne est le plus souvent allongé sur le dos, je ne lui demande pas de se mobiliser énormément et les gestes que j’effectue sont peu visible. Et pourtant j’ai bien une action sur le corps de cette personne et donc sur elle-même dans sa globalité.
Je vous avez aussi parlé des fascias et il serait grand temps que je vous explique une autre facette de notre extraordinaire corps.

Globalité

Le fascia est un tissu conjonctif présent dans tout le corps, autant en superficie qu’en profondeur. C’est un système à part entière.
Il a plusieurs rôle notamment dans la perception de notre corps, dans la transmission des forces et dans l’immunité.
Visuellement le fascia est une fine membrane blanchâtre d’environ 20 kilogramme.

Pendant longtemps les médecins et les chirurgiens accordaient peu d’importance à cette membrane blanchâtre, qui semblait plus embêtante qu’autre chose, afin de bien visualiser les muscles.
Depuis plusieurs années, de plus en plus d’études sont faites afin de montrer l’importance du fascia dans notre santé. Notamment le fait qu’il serait la cause et la solution de beaucoup de nos maux.
Par exemple le fascia thoraco-lombaire, le plus important de notre corps serait à l’origine de nombreux mal de dos.

Place dans le corps

Le fascia est présent dans tout le corps, c’est le tissu le plus répandu et le plus abondant. Cette membrane fibroélastique recouvre et enveloppe l’ensemble des structures corporelles, tel que nos muscles, tendons, organes et elle soutient nos os.
Cela en fait un réseau en continu, qui met en lien les différentes structures par de multiples lignes ou spirales ressemblant à une toile d’araignée.

Il existe plusieurs types de fascia :
• Le fascia superficiel situé directement sous la peau.
• Le fascia profond entourant les muscles et les fibres musculaires. Il tapisse notre cerveau par les méninges et enveloppe nos organes. On peut retrouver ce dernier sous le nom de fascia viscéral.
• Le fascia interne qui comble les espaces entre les divers organes.

Au premier abord le fascia semble être chaotique par son enchaînement de fibres de diamètre variable mais il a un rôle important pour la vie. Depuis peu, on le considère comme un véritable organe.
Il est innervé, vascularisé et laisse un passage pour la lymphe (rôle immunitaire et de transport nutritif).

On peut se représenter le fascia comme les fibres qui séparent la pulpe d’un pamplemousse.

Composition

La phrase du début et de fin sont très bien. Avec le détail au milieu les ignorants comme moi se perdent, mais peut-être que c’est utile à ceux qui voient ce que ça veut dire…
Le fascia est un tissu conjonctif relativement solide plus ou moins fibreux, ce qui le rend élastique, lâche et fluide. Ainsi il peut glisser facilement d’un niveau à un autre.
Il est composé :
• d’eau, le fascia en est un grand réservoir. Sa proportion varie selon les âges, elle peut atteindre 70% et en moyenne est à 60%.
• de collagène, fabriqué par des cellules de fibroblaste (cellule de soutien).
Le collagène est un protéine de structure, très solide donnant au tissu une résistance mécanique à l’étirement.
• de protéoglycane, fabriqué en partie par l’acide hyaluronique.
Le protéoglycane est comme une éponge, il garde l’eau dans le fascia ce qui le maintient souple.
• de l’élastine, une protéine solide et élastique capable d’être étiré et de reprendre sa forme originelle après.

Un fascia en bonne santé est comme du gel, il est humide, moelleux, glissant. Plus sa concentration en eau est importante plus le fascia aura une structure gélatineuse.

Rôle

Le fascia a une place importante dans notre santé de par ses nombreux rôles.
Il soutient et permet la cohésion des tissus par ses nombreuses fibres.
Il protège les organes qu’il entoure, les maintient et amortit les chocs.
Le collagène participant à la cicatrisation et la présence de cellule immune font qu’il participe à l’immunité.
Il a un rôle de communication et d’échange des nutritifs corporels. Il participe ainsi au bon fonctionnement de l’homéostasie (lien) notamment par la régulation endocrinienne (hormones).
Le fascia enveloppe, isole, protège et transporte du tissu sanguin lui donnant un rôle hémodynamique.
Il participe dans la sensibilité profonde et la réaction à la douleur de par son innervation sensitive.
Et enfin il participe à la régulation tonique et à l’harmonisation du mouvement. Il est en effet capable de se contracter lui donnant une influence sur la dynamique musculaire.
Il contribue également à la transmission des contraintes qui sont générées par l’activité musculaire ou par des forces extérieur au corps. Par des tests on a pu observer qu’en étirant la jambe cela pouvait améliorer la mobilité des cervicales. (documentaire arte : les alliés cachés de notre organisme – Les fascias)

Comment l’entretenir

• Faire du sport

la sédentarité et les mauvaises posture entraînent une prolifération du tissu qui s’épaissit et s’emmêle. Le fascia va ensuite s’enraidir et perdre sa capacité de glissement. Par la suite, cela va donner des tensions musculaires et nerveuses.
L’activité physique est donc importante pour le bon fonctionnement du fascia. Le fait de se mobiliser et de s’étirer, va empêcher l’enraidissement des tissus.
En effet l’activité physique diminue la production excessive de collagène qui se produit si on est trop sédentaire, entraînant une perte de glissement. De plus elle permet l’allongement les fibroblastes permettant au tissu de se relâcher et de décoller les adhérences fasciales.

• Boire de l’eau

Comme dit plus haut le fascia est un grand réservoir d’eau notamment grâce aux protéoglycanes. Ces cellules sont fabriqués en partie par l’acide hyaluronique qui a un rôle de lubrification et d’hydratation des systèmes tissulaires. Donc le tissus devient rugueux et cassant, s’il n’est pas assez hydraté.
Une bonne hydratation est donc importante, afin que le fascia conserve sa structure gélatineuse, comme expliqué plus haut.

• Gérer son stress

Le stress émotionnel agit sur le fascia de manière progressive et durable par les TGF (facteur de croissance transformant). Ces messagers chimiques réagissent au stress et à l’inflammation en amplifiant les cellules mis en place lors de ces phases.
Le système nerveux sympathique aurait également un rôle dans la réaction du fascia face à un stress. En effet, des fibres nerveuses dans le fascia libèrent des substances contractant les vaisseaux sanguins, lorsqu’elles sont stimulées par le stress. C’est un des mécanismes qui donne des douleurs par le stress.
Une bonne gestion du stress, un rythme de vie agréable est donc préférable pour le bon fonctionnement du fascia.

• Se masser, avoir recours à des thérapies manuelles

Des adhérences au niveau des fascias vont entraîner des pertes de mobilités et de glissement. Cela va altérer les systèmes circulatoires et va donner des troubles et des douleurs.
L’auto massage pour les zones accessible est une bonne chose. Cela permet d’enlever quelque adhérence et en plus cela nous aide à prendre bien conscience de son corps.

Et parce que parfois nous ne pouvons pas tout faire tout seul, nous avons besoin d’aide avec notre santé et bien être, les professionnels de thérapies manuelles, sont la solution. Bien évidemment l’ostéopathie en fait partie et a des trés bon effet sur le rétablissement du corps dans sa globalité. En tant qu’ostéopathe nous travaillons sur les fascias qui nous permettent d’avoir une action sur les différentes structures du corps. Tel que les muscles, ligaments, le thorax, les viscères et également les os, ou artères et nerfs. Nous pouvons ainsi enlever les adhérences, permettre à la douleur de disparaître et que la personne retrouve une bonne mobilité.

N’oublions pas que tout est une question de dosage, il ne faut être ni dans l’excès, ni dans la carence. Donc ce n’est pas parce que je dis que vous devez faire du sport pour le bon fonctionnement des fascias que vous devez y passer 2h tous les jours. Trop de sport ce n’est pas forcément bon non plus.
Ou encore avoir un rythme de vie totalement zen, si cela vous convient c’est très bien, mais vous avez le droit de temps à autre de ressentir du stress, d’être en colère. Exprimez vos émotions quand cela est nécessaire.

 

2 thoughts on “Les pouvoirs du corps humain #3 – Le fascia”

  1. Waw c’est passionnant. Je connais très peu de choses au métier d’ostéopathie mais je vois qu’il faut véritablement connaitre les secret du corps pour l’aider à aller mieux ! C’est une très belle découverte, merci.

    1. Oui notre corps est pleins de ressources, et je pense que c’est vraiment important de bien le connaitre pour être bien (en plus d’autres choses bien sûr 🙂 )
      Merci pour ton commentaire, je vais essayer de faire plus d’article à la découverte de notre corps 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *