Médecine

Les pouvoirs du corps humain #2 – Le toucher

Les bienfaits du toucher prouvé scientifiquement

Peut-être que vous commencez à le comprendre mais mon métier d’ostéopathe et plus globalement, la santé et le bien-être me passionne.
Je m’intéresse à la médecine dans tous ses aspects. La médecine allopathique ainsi que les médecines complémentaires.
Mais quand on s’intéresse à ces dernières et qu’on les soutient vraiment, car on voit le bien qu’elles procurent, on peut se heurter à la pensée scientifique (qui est sceptique par principe). En effet les médecines complémentaires se basent principalement sur l’expérience et peu d’expérimentations scientifiques ont pu établir de liens entre ces médecines et les effets ressentis par les patients.
Je précise bien que je n’ai rien contre la science, bien au contraire. D’ailleurs ce n’est qu’une question de temps avant que les preuves soient trouvées. En effet de plus en plus d’études scientifiques vont dans le sens de ces thérapies, comme l’hypnose, par exemple.
La science ne nous livre pas tous ses secrets d’un coup, sinon cela serait trop facile et l’homme s’ennuierait certainement.
Tout ça pour vous dire que quand je vois des études scientifiques parlant des bienfaits du toucher, je ne suis que joie. C’est quand même une bonne partie de mon travail

J’ai donc décidé que j’allais partager cela avec vous !

Organe social et émotionnel

On a certainement tous sous-estimé le toucher. Pourtant il est essentiel à notre vie et c’est certainement un des sens les plus important pour notre vie sociale.
Des études dans les années 30 ont montrés que des enfants séparés de leur mère et placé en pouponnière développés des syndromes (hospitalisme). En effet ils recevaient de la nourriture et des soins hygiénique mais ne bénéficiaient d’aucune affection physique. Cela pouvait entrainer des retards sur leurs développements psychomoteurs, comportementaux ou intellectuels.
Il est depuis toujours notre premier lien avec l’autre. Comme le langage, c’est une autre forme de communication.

Grâce à lui que nous prenons conscience de notre corps. Après la naissance du bébé il est très important de faire du « peau à peau » permettant ainsi de créer le lien parents/enfant mais aussi pour que le bébé prenne conscience de lui-même et qu’il se rende compte qu’il y a une différence entre l’intérieur du ventre de sa mère et le monde extérieur .

Le toucher émotionnel est directement en relation avec la peau, qui serait l’organe social et émotionnel du corps.
Le toucher permettrait ainsi de diminuer la douleur, l’anxiété, d’augmenter la conscience et pourrait guérir.

Les cellules tactiles

La peau est donc notre premier organe corporel, la partie visible et la plus étendue.
Elle possède de nombreux capteurs permettant de ressentir la texture, les changements de température, les pressions ou encore les vibrations.
Récemment de nombreuses études ont été faites autant par des chercheurs en neurosciences, en science sociale et humaine ou des personnes travaillant sur les bienfaits du massage. Ils ont prouvé que la peau et le toucher étaient bien plus important que nous le pensions.
Des cellules de l’affectif ont été découvertes, les cellules CT (tactiles) , réagissant à un contact physique spécifique(1).
Par un toucher, tel qu’une caresse, ces cellules reçoivent l’information et la transmettent au cerveau dans la zone de l’insula. Celle-ci connectée au système limbique qui gère les émotions et permet de percevoir nos sensations internes. Les cellules CT sont donc bien liées au toucher émotionnel, plutôt qu’aux caractéristiques physique du toucher.
De plus une pression sur la peau ou le muscle peut libérer de l’ocytocine, l’hormone de l’attachement et du lien social.

la synchronisation

On a donc aujourd’hui la preuve que lorsque l’on touche quelqu’un, on va activer chez cette personne quelque chose dont on n’a pas conscience mais qui est nécessaire pour la socialisation, le lien et l’attachement. Mais cela va un peu plus loin.
Une série d’expériences a été réalisée sur une vingtaine de couples. Chaque couple dans un premier temps assis l’un à coté de l’autre puis dans un deuxième temps se tenant la main. Une personne du couple reçoit une pression douloureuse.
Il y a une petite synchronisation des deux cerveaux lorsque que le couple est assis côte à côte mais elle est fortement accentuée lorsqu’ils se tiennent la main. En effet les ondes cérébrales de la personne qui souffre vont imiter celles de la personne qui va bien, diminuant le ressenti de la douleur. On observe également une synchronisation de la fréquence cardiaque et du rythme respiratoire.
Par la suite une personne inconnue va prendre la main de la personne qui souffre et cette fois-ci, il n’y a pas de synchronisation. Il faut donc quelqu’un de proche, avec qui on se sent en confiance.

En conclusion

Avec toutes ces informations, cela paraît maintenant évident que toutes les thérapies ou pratiques manuelles ont un effet positif, un effet curatif sur la personne. L’effet étant renforcé lorsque c’est avec quelqu’un de proche, avec qui on se sent en confiance.
Donc pour nous thérapeutes manuels, il est important d’instaurer une vraie relation avec nos patients. Les résultats seront beaucoup plus efficaces ainsi.
D’ailleurs dans une clinique de Stockholm, on propose des massages aux patients à la fin de leurs séjours à l’hôpital. Ils se sentent ainsi plus relaxés, et cela les aide à reprendre contact avec eux même, à se sentir exister(2).

___________

(1)magazine cerveau et psycho n°74 : la force du toucher – A fleur de peau p. 44 à 50
(2) Cerveau et psycho n°74 : la force du toucher – Le toucher qui guérit p. 57 à 60

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *