Comment j’ai réussi à m’accepter

Comment j’ai réussi à m’accepter

Cela fait quelques semaines que je vous parle de sujets autour du monde médical.
Alors aujourd’hui j’ai eu envie de changer un peu.
Aujourd’hui je vais vous parler de mon expérience.
Mon expérience pour réussir à m’accepter, à accepter mon corps.
Vous allez voir qu’au final il n’y a rien d’extraordinaire dans mon cheminement. On peut tous le faire et on devrait tous le faire.

Allez c’est parti.

Sachez déjà, que j’ai toujours une appréhension à parler de moi. Je me dis que cela ne va pas intéresser les gens, qu’ils vont me juger.
Et je crois que le jugement c’est ça le vrai problème. Nous devons dépasser cela et vous allez voir pourquoi.

Le commencement pour m’accepter

 

Je ne fais pas mon âge

J’ai 27ans mais on pense toujours que j’en ai beaucoup moins. Beaucoup de personnes me disent que c’est génial, quand j’aurai 40 ans j’en ferai 30… Ils pensent certainement bien faire en disant ça, mais moi je n’en vois pas l’intérêt.

C’est vrai que je suis petite (1m60), mince (je fais partie de ces gens qui peuvent manger énormément mais ne prenne pas 1 gramme) et sans trop de forme. Je n’ai en effet peut-être pas les meilleurs atouts pour faire mon âge.
De plus je me maquille de moins en moins et j’aime être à l’aise dans mes vêtements. Je trouve les chaussures à talons très belles mais je les apprécie occasionnellement.

Pourtant depuis que je me sens plus à l’aise avec mon corps et moi-même, les remarques de ce genre sont de plus en plus rares.
Je ne sais pas si c’est pour ça, mais je me dis qu’avoir cette « assurance » au fond de moi, cela se perçoit à l’extérieur.

Les remarques

J’ai donc toujours été petite et pas très grosse. Je pourrais dire maigre mais vraiment ce mot me rend mal, je ne l’aime pas.
Je remarque que dire à une personne qu’elle est grosse, ce n’est pas politiquement correct, il ne faut pas le faire…
Alors que dire à une personne qu’elle est maigre, il n’y a aucun problème pour cela, semble-t-il. Et pourtant j’en ai beaucoup souffert étant enfant.
On me disait que mes jambes étaient comme des ficelles, ce n’était peut-être pas méchant mais moi je ne le percevais pas comme ça. Des fois on me demandait même si j’étais anorexique. Est-ce qu’on demande à une personne en surpoids si elle est boulimique ou obèse ?
Par moment je me disais que j’étais la fille la plus maigre qui existait.

La première étape

Je me souviens qu’en 6ème, quand les beaux jours arrivaient je ne voulais pas me mettre en t-shirt ou en débardeur. J’avais honte de mes poignets tout fins. J’ai finalement fini par le faire parce que au bout d’un moment il faisait trop chaud et que je ne pouvais pas rester en manche longue. Et les gens autour de moi n’ont pas fait de réflexion, alors j’ai continué. Bon j’avoue qu’au début je compensais en mettant une tonne de bracelets, ça me rassurait. Et maintenant avec mon métier je n’en porte que très rarement et je le vis très bien. Il faut y aller par étape, et je crois qu’inconsciemment ça a été la première grande étape du long cheminement pour m’accepter.

La fin du processus

La dernière étape

La dernière grande étape, celle qui a fait qu’aujourd’hui je me sens bien comme je suis, a été le maquillage.
Je ne me suis jamais trop maquillé. Mais depuis mes 14 ans j’avais toujours quelque chose sur les yeux et pour mon teint (j’avais oublié, je suis assez blanche aussi), me sentant mieux ainsi.
Et il y a environ 2-3 ans j’ai remarqué que pas mal de filles ne se maquillaient pas et pourtant elles étaient très belles. Et je me suis dit, pourquoi pas moi ?

Depuis quelques temps déjà, je commençais à réfléchir sur le fait que ce que l’on pense de nous, l’image que l’on a de soi-même est en fait, l’image que les autres perçoivent. C’est-à-dire que si je ne suis pas sûre de moi, si je me trouve trop maigre, trop petite, trop blonde, les gens ne vont voir que ça chez moi, et si je me sens bien, les gens le percevront

Je me suis donc dis que si je m’assumais sans maquillage, il n’y avait pas de raison que les gens fassent de remarques.
Alors je ne vous cache pas qu’au début j’ai eu droit à des « Tu es fatiguée aujourd’hui ! », forcément mes petits yeux et mes cernes, tout le monde pouvaient les voir maintenant. Parfois nous sommes fatigués et nous avons le droit de l’assumer (comme le droit de vouloir le cacher bien évidement).
Je me maquille encore, cela dépend des jours, de mes envies mais je n’ai plus de remarques.
Cette étape m’a fait réfléchir et me rendre compte de toute l’évolution que j’avais pu avoir pour enfin m’accepter comme je suis.

L’entre deux, un processus sur du long terme

Parce qu’entre les bras et le maquillage, il y a eu les jambes trop maigres, je suis trop blanche, je n’ai pas assez de poitrine et certainement beaucoup d’autres petits détails.
Mais petit à petit à force de regarder les gens dans la rue, je me suis aperçue que je n’étais pas la fille la plus maigre, que d’autre personnes étaient plus blanche que moi, et que ces personnes avaient l’air de bien le vivre. Ce n’était peut-être pas le cas, mais je n’en avais pas cette impression. Je me suis donc dis que moi aussi je pouvais assumer d’être comme j’étais.

Aujourd’hui

Maintenant je m’habille comme je le sens, sans faire attention à si cela est à la mode ou non, mais parce que ça me plait.
J’assume mon corps tel qui est, et j’ai très rarement des remarques. Peut-être que les gens le pensent mais ils ne le disent pas. Et puis personne n’est parfait, nous avons tous nos petits défauts et c’est ça qui nous rend unique.
Parfois mon manque de confiance en moi refait un peu surface et j’ai l’impression que des gens me jugent, mais je me bats contre cette idée.

Aujourd’hui je peux dire que je suis fière de moi, car je m’assume. J’ai réussi à m’accepter et il est rare que je me demande ce que les gens pensent à mon sujet.
Une fois que l’on dépasse cette peur du jugement, on peut être bien avec soi-même. On peut être bien dans son corps, dans sa tête et rien ne peut plus nous arriver.
C’est en tout cas ce que je ressens.

Alors je ne dis pas que le cheminement pour m’accepter a été facile, il se poursuit encore un peu.
Il m’a fallu un peu plus dix ans pour en arriver là.
Pour certains ça sera peut-être plus long ou beaucoup plus court.
Je l’espère pour vous et j’espère aussi que mes paroles ont pu vous aider.

C.

Et comme c’est un article sur comment j’ai réussi à m’accepter, vous avez le droit à une photo de moi. Elle date de l’an dernier quand j’étais à Florence avec une de mes plus vieille amie. Un rêve de dix ans enfin réaliser.
(Je crois les lunettes de soleil sont mon dernier bouclier, mais j’adore ça.)

2 Replies to “Comment j’ai réussi à m’accepter”

  1. Punaise ! Enfin quelqu’un qui a vécu comme moi… Etre mal dans son corps parce que trop « maigre ».. moi aussi j’en ai eu des réflexions, surtout au collège : « oh si on la touche, on va la casser… t’es anorexique… planche à pain… » l’intelligence de la pré-adolescence ! Bon depuis 1 an et demi j’ai prit plus de 10 kgs et je commence à devenir une petite patate mais je n’ai jamais été si bien dans mon corps, alors je te comprends tellement… !!
    Et puis autres points communs (je pense qu’on en a encore plein) : je ne me maquille pas depuis plus de 5 ans, je m’habille plus pour être à l’aise que pour être belle, je m’assume de plus en plus et je crois que c’est ça être belle 😀 et puis on sera toujours belle pour quelqu’un, la beauté ça dépend du regard des gens. L’essentiel c’est déjà de se trouver belle, soi-même !
    Et ohlala cette photo à la fin de ton article, mais tu es si jolie !!!!!
    Désolée, je suis tellement enthousiaste dès que je vois que je ne suis pas seule et que des gens me ressemblent autant 😀 (enfin pas physiquement hein)
    Bref, bravo, ton article est merveilleux ! Et ton blog est merveilleux !

    1. Oui ça fait du bien de voir qu’on est pas seul dans ce cas là, parce que les gens ne se rendent pas compte en général. Depuis 3ans (la fin de mes études) j’ai pris du poids aussi et je suis tellement contente d’avoir enfin de la graisse ^^ ça peut paraitre certainement bizarre pour certains mais tu dois surement comprendre de quoi je parle 🙂
      Et oui je crois qu’on est belle à partir du moment où on le pense 🙂
      Et avec plaisir pour ton enthousiasme, je te remercie, ça me ravit et on en a bien besoin dans ce monde !!

      Pleins de bises 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *